• Fred

La vallée du whisky à moto,...quelle connerie !



Ces termes peuvent sembler un peu déplacés, voire vulgaires. Mais imaginez un renard édenté dans un poulailler. Que peut ressentir cette pauvre bête en reniflant la volaille à profusion autour de lui et en étant incapable d'en faire le moindre repas ? Probablement une certaine frustration et un minimum de jalousie pour ses co-génères. La Fontaine aurait rien bien pu en faire une fable. Arrêtons ici cette comparaison et même si j'ai encore toutes mes dents, c'est quand même la sensation que j'ai eue en traversant la vallée de Spey en Ecosse. A moto, jamais d'alcool, c'est un principe que j'ai adopté dès le papier rose entre les mains. Tellement compliqué pour l'avoir ce papier, alors le perdre....Me voila donc au pays du whisky et dans la région des distilleries sans pouvoir y tremper les lèvres !


Le Speyside est le principal centre de l’industrie écossaise du whisky avec pas moins de quarante-huit distilleries, soit près de la moitié du nombre total de distilleries en Écosse, on compte Aberlour, Balvenie, Cardhu, Cragganmore, Glenfarclas, Glenglassaugh, Glenfiddich, Speyburn, Macallan, The Glenlivet et Glenrothes…C'est une région humide (très facile de dire 'je confirme que c'est le cas') et peu industrialisée et donc peu polluée, idéale pour la culture de l'orge et la qualité de l'eau, les 2 ingrédients principaux du bon whisky. Les visites de distilleries sont payantes et accompagnées d'une dégustation. La prochaine fois, nous checkerons les horaires d'ouverture avant de nous lancer à la recherche de l'une d'elles en particulier. Nous sommes restés dehors chez Aberlour !

Nous poussons ensuite jusqu'à Aberdeen pour la nuit. Lors de nos voyages au Royaume Uni, nous nous efforçons de rester sur les routes à 3 ou 4 chiffres (B9002 en l'occurence ici), l'équivalent au mieux des départementales françaises. Plus sauvages, moins encombrées, souvent aussi moins bien revêtues, mais peu importe, elles sont agréables à moto, et les locaux rencontrés sont plus aptes à vous renseigner ou juste vous saluer de la main au passage. Probablement que voir passer une veille Beu Meu immatriculée en France n'est pas si fréquent dans cette partie de l'Ecosse moins touristique que les Highlands.


Aberdeen est surnommée "la ville de granit" à cause de ses nombreux éternels bâtiments de granit gris. Nous errons dans les rues à la découverte nocturne de cette ville. Une sonorité étonnante et des halos de lumière multicolores sortent d'une église. Curieux, nous franchissons le porche pour découvrir bar et boite de nuit, des décibels à saturer les tympans des clients attroupés autour de leurs pintes. Mais pas d'orgues et de chants grégoriens ici, l'ambiance est plutôt électronique. Une impression de malaise en quittant les lieux, et une curiosité de plus en mémoire. Le 'Ferry Hill House Hotel' sera notre point de chute pour la nuit et les bras de Morphée nous entraînent dans des songes d'aventure.


Le ciel est gris au réveil, il pleuvine un peu. Pas très envie de reprendre la route. Pas à cause du temps auquel on finit par s'habituer mais juste parce que cette journée sera la dernière de notre roadtrip. Sophie prend l'avion à Glasgow demain matin et je rentre à Bristol où le boulot m'attend. Alors on roule en longeant la mer, en essayant d'en profiter au maximum une dernière fois. Le hasard de la route nous amène au château de Donnutar, forteresse médiévale en ruine, construite sur un éperon rocheux. Se poser quelques instants et écouter une dernière fois le son de la cornemuse. Un dernier stop pour déjeuner sur la plage de Montrose et on file vers Glasgow sans se poser de question.


Fin de ce roadtrip et fin du post.


Partagez si vous aimez.


Début du voyage ici : https://www.motorbaking.fr/post/des-highlands-%C3%A0-la-l%C3%A9gende-de-nessie






130 vues